1976 - Dirty deeds done dirt cheap

View previous topic View next topic Go down

1976 - Dirty deeds done dirt cheap

Post by The ripper on Tue 14 Oct - 17:20









Ayant joué partout en Australie, le besoin de s'expatrier était nécessaire.
La Grande-Bretagne fût choisi comme base arrière après que le manager Michael Browning décrocha un contrat avec Atlantic Records.
Avec une tournée Anglaise et un possible voyage aux USA, Albert productions décida qu' AC/DC devait faire un autre album rapidement
car composé et écrire pourrait être complexe une fois que les contrats pour les tournées à l'étranger arriveraient.
C'est en fin février 1976 que le combo entra aux studios pour en ressortir en mi-mars avec une fois de plus 9 titres.
Mais l'album enregistré en quelques 2 semaines et demi (trop rapidement selon moi) reflète plus une jam entre amis à l'esprit fêtard que du sérieux.
Quoique...



"dirty deeds done dirt cheap"
...et ça démarre bien, avec un Bon en forme et des chœurs aux soupirs arguant l'auditeur (ou
l'auditrice). Autrefois nous étions confrontés au rock blues, ici on fait dans le hard rock.
Solo d'Angus tout en finesse (merci Jimmy Page).

"love at first feel"
...sur sa lancée, on nous parle ici d'amour physique au premier degré. Souvenir d'adolescent
qui rêve sur des revues et s'angoisse une fois au pied du mur ?
La section rythmique encore trop métronomique sur ce titre, on accompagne jusqu'au chorus
et Angus se libère d'un solo et on fini tous ensemble dans un brouhaha général.

"big balls"
...dès 1976 une chaine américaine diffuse "the love boat" (chez nous la croisière s'amuse).
Groupes bidons et minables aux 3 accords mineurs bien plaqués, faut-il y voir un brin de
malice moqueurs par nos 5 rebels en quête de plaisanterie ?

"rocker"
...dommage que la mode des rockeurs US est passé, car Bon (grand fan) devant l'éternel
de Little Richard (entre autres) aurait porter le blouson noir et la banane.
La période hippie ayant changer la donne, les cheveux longs sont de rigueur.
Rock'n'roll joué super rapide, ce clin d’œil sympa ne fait pas dans la dentelle pour ces fils
du rock...

"problem child"
...si tu me cherches, tu vas me trouver !
Ceci résume un peu le texte de cet enfant devenu truand.
Musique construite un peu à la manière de "dirty deeds..", la particularité c'est qu'au final cela
se termine avec des maracas pour redémarrer l'intro. Olé !

"there's gonna be some rockin' "
...démarrage de la face 2 en boogie rock (j'adore !), comme le fait si bien Status Quo depuis
40 ans, ce versant de la galette à ma préférence car ce style est très bien maitrisé.
Le plaisir de joué (dans le texte) est décrit avec force et détermination.

"ain't no fun (waitin' round to be a millionnaire)"
...histoire autobiographique de notre groupe par ses galères et sa dure loi de reconnaissance.
Chanson un peu longue avant de prendre sa vitesse de croisière = (Status Quo / caroline)
malgré son accélération au final, cela ressemble plus à une jam entre potes pour s'échauffer
car l'issue parait incertaine.

"ride on"
...comme l'album précédent, ce blues est au rendez-vous même s'il casse le rythme après
un titre rapide.
Musique banal est lente, Angus s'en tire à son avantage par un feeling étonnant à son âge,
par la connaissance d'un style (le blues) réserver qu'à une minorité d'auditeurs blancs non
ségrégationniste.
Bon (Scott) se fait plaintif dans l'espoir de jours meilleurs.

"squealer"
...long intro rythmique basse / batterie peu rassurant qui se démarque du reste de l'album
et d'un chanteur chaud lapin, toujours à courir la minette.
Solo final splendide comme si le manche de sa guitare était trempé dans des "orties", pas
une seconde de répit pour la mélodie, quand aux chœurs niais et revanchards, c'est bien
du Malcolm et du Mark. "Le" morceau qui ressort du lot !


Résultat des courses, un disque décousue et sans originalité (sauf quelques solos), aux textes grossiers et obscènes.
Des jeunes qui s'amusent sous la contrainte d'une maison de disque voulant un produit sans se soucier du sérieux.
Dès 1977, le groupe va se remettre en cause...
avatar
The ripper
Admin

Messages : 1588
Date d'inscription : 2014-10-08

http://hard-and-heavy.votreforumgratuit.com

Back to top Go down

Re: 1976 - Dirty deeds done dirt cheap

Post by The ripper on Tue 14 Oct - 17:22

avatar
The ripper
Admin

Messages : 1588
Date d'inscription : 2014-10-08

http://hard-and-heavy.votreforumgratuit.com

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum